Événements actuels et Éveil

Beaucoup en ce moment demande ce qui se vit « ici » par rapport aux événements actuels, comment réagir, que faire ?
 
Les questions posées (et bien des réponses apportées ici et là) soulignent que la Réalisation n’est pas là ou est loin d’être complète. 
 
Tant qu’il est cru que vous êtes un organisme vivant sur terre, bien des éléments ne sont pas vus clairement. Tant qu’un « OUI » inconditionnel, total, à ce qui se passe ne fait pas le quotidien, Ce que Vous Êtes en Réalité n’est pas vivace au sein de l’organisme que vous pensez être. 
« Je ne suis pas de ce monde » disait Jésus.
Lorsque l’on se connait en tant que Ce qui Est, ce qui arrive au corps (ou à quelqu’autre plan de conscience que ce soit : astral, mental, causal…) est sans véritable importance. Ce qui se passe est seulement la manifestation de la Vie, spontanée, sauvage et parfaite en Soi. Alors quoiqu’il arrive à cet organisme est sans Réelle gravité. 
Tenir au corps et/ou à sa santé n’a, en Soi, aucun sens. Vous souciez-vous de perdre un cheveu ? L’organisme est moins que cela au Regard de Ce que Vous Êtes ! Cela est l’UN, l’univers entier, tout ce qui s’y déroule, et l’Absolu Inconnaissable.
 
L’on raconte que lors de l’invasion du Tibet par la Chine, tous les moines avaient fui un monastère. Seul un moine était resté, installé en méditation au milieu du temple. 
Le capitaine de l’armée chinoise l’interpèle vivement et lui dit : Que fais-tu là ? Ne sais-tu pas que je peux te trancher la tête sans bouger l’ombre d’un sourcil ?
Et le moine de répondre tranquillement : Ne sais-tu pas que je peux me laisser trancher la tête sans bouger l’ombre d’un sourcil ? 
Lorsque cette liberté sera vivante en vous, vous saurez que la Réalisation fait plein effet.
Jusqu’à ce que vous soyez totalement libre de ce qui se passe, quoi que ce soit, que l’organisme soit maltraité ou non, malade ou en bonne santé, seul ou bien entouré, ou quoi que ce soit d’autre, considérez que la Vie ne cesse de vous inviter, encore et encore, à la pleine Réalisation. Ainsi est-il clairement préférable de considérer les événements actuels comme une invitation de la Vie à Elle-même, à Ce qui Est, à la Réalisation de votre véritable nature.
 
Une fois cela fait, c’est l’Éveil qui se manifestera directement à travers cet organisme. Non plus une réaction à des phénomènes extérieurs liée à des peurs, des colères, des croyances, des conditionnements… mais une action spontanée, sans intention ni calcul, sans aucune possibilité de savoir à l’avance ce qui se manifestera, et qui sera différente selon chacun.
« Je suis dans le monde » disait aussi Jésus.
Il n’est aucunement question de rejeter, mépriser ou ne pas tenir compte de l’organisme : je suis aussi cela. Mais de remettre les choses dans le bon ordre : Je Suis Cela qui seul Est ET je suis tout ce qui existe, l’univers entier et ce corps (cette différence entre être et exister est essentielle). 
 
La fin de la souffrance, c’est la fin de la croyance dans les pensées, les émotions, les impressions, etc. En particulier et pour commencer en l’idée et en l’impression d’un « moi » auteur, pilote de l’organisme.
La fin de la souffrance ne se produira pas sans la fin du refus de ce qui se passe. 
La fin de la souffrance ne peut pas être existentielle. Elle n’aura pas lieu dans le futur mais se déploiera grâce à la Réalisation. 
ET Ce qui Est est en Soi sans souffrance, sans peur, sans refus, etc. ET se connait en tant que toute les souffrances, toutes les peurs, tous les refus, etc.
Aucun séparation. UN sans deux. Fusion totale. Amour inconditionnel sans aucune possibilité de jugement. 
Le bonheur existentiel sera toujours temporaire et incertain : tout peut arriver et ce qui cause votre bonheur aujourd’hui peut disparaître demain.
En Réalité, quoi que vous cherchiez : l’amour, la paix, la joie, l’unité, la confiance, le bonheur, etc. Vous l’Êtes déjà.
Le Bonheur est en Soi, et en tant que Soi, c’est ce que vous êtes, quelles que soient les circonstances extérieures.